Guatemala : mort de l’ancien président Alvaro Colom, sanctionné pour corruption

L’ancien président du Guatemala Alvaro Colom (2008-2012), âgé de 71 ans et sanctionné par les États-Unis pour un scandale de corruption en 2021, est décédé lundi 23 janvier, ont déclaré d’anciens membres de son cabinet. Les causes du décès n’ont pour le moment pas été précisées.

«Le président Alvaro Colom est décédé. Je regrette son décès et me joins à la prière pour son repos éternel», a écrit sur Twitter l’ancien ministre de l’Intérieur Carlos Menocal (2010-2012), sans donner plus de détails sur la mort de l’ancien chef d’État, qui était suivi pour un cancer de l’œsophage.

Inscrit sur la liste «Engel»

«Travailler et apprendre à ses côtés a été un privilège. J’ai compris et appris à connaître le Guatemala grâce à lui. Un homme juste, qui a osé rendre visible l’invisible (…). Adieu, président Colom», a tweeté l’ancien porte-parole de la présidence, Fernando Barillas.

L’ancien président a été sanctionné en juillet 2021 par Washington, qui l’a inscrit sur la liste dite «Engel», qui recense des individus identifiés comme «corrompus et anti-démocratiques» dans le «triangle Nord» de l’Amérique centrale.

Il avait été interdit d’entrée sur le territoire américain après avoir été arrêté en 2018 pour fraude et détournement de fonds dans l’achat en 2009 pour 35 millions de dollars de plusieurs centaines d’autobus.

Selon les autorités judiciaires du Guatemala, la facture des bus de la capitale, pour lesquels quatre entreprises avaient été choisies par appel d’offres afin d’assurer le service de transport public avait été gonflée.

L’ancien président avait été libéré après avoir payé une caution. L’affaire a également fait l’objet d’une enquête de la Commission de l’ONU contre l’impunité au Guatemala (CICIG).

Avec AFP

Votre adresse email ne sera pas publiée.

On voit tout