Tentative d’attaque au couteau à Jérusalem, l’assaillant tué par la police israélienne

Un assaillant palestinien blessé vendredi 10 septembre par la police israélienne lors d’une tentative d’attaque au couteau dans la Vieille ville de Jérusalem est décédé, ont indiqué la police israélienne et l’hôpital dans lequel il avait été transféré.

Dans un communiqué, la police a indiqué avoir ouvert le feu sur un résident de Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville, qui a tenté de poignarder des policiers.

L’attaque a eu lieu près de la porte des Lions, une des entrées de la Vieille ville de Jérusalem, secteur oriental et palestinien de la ville occupé et annexé par Israël.

Grièvement blessé, l’assaillant a été transporté à l’hôpital Hadassah, où son décès a été constaté, d’après un porte-parole de l’établissement. Selon l’agence officielle palestinienne Wafa, il s’agit de Hazem al-Joulani, un médecin de Jérusalem.

Un policier israélien a été légèrement blessé par des éclats de balles lors de la tentative d’attaque, a rapporté la police, sans donner davantage de détails.

«La police et des gardes-frontières ont riposté en tirant» sur l’assaillant, a rapporté la police. Dans un communiqué, l’hôpital Hadassah dans lequel il avait été transféré a annoncé peu de temps après avoir constaté son décès.

Israël et la Cisjordanie occupée ont été le théâtre à partir d’octobre 2015, et pendant plusieurs mois, d’attaques anti-israéliennes commises le plus souvent au couteau par de jeunes Palestiniens isolés, parfois aussi à la voiture-bélier et, dans une moindre mesure, à l’arme à feu.

La «tentative d’attaque» survient alors que les forces israéliennes, renforcées dans et aux abords des Territoires palestiniens, continuent leur traque de six fugitifs, évadés d’une prison lundi dans le nord d’Israël.

Vendredi, de nouveaux rassemblements dans plusieurs villes de Cisjordanie et dans la bande de Gaza ont eu lieu en soutien aux prisonniers palestiniens, alors que des groupes armés comme le Hamas et le Jihad islamique avaient appelé à «une journée de la colère».

Votre adresse email ne sera pas publiée.

On voit tout