L’armée américaine abroge son obligation vaccinale contre le Covid

Le Pentagone a abrogé mardi 10 janvier l’obligation pour les militaires américains de se faire vacciner contre le Covid-19, après y avoir été contraint par le Congrès.

Cette restriction sanitaire, l’une des dernières majeures qui étaient encore en place aux États-Unis, avait provoqué le départ de plus de 8.000 personnes des rangs de l’armée américaine, selon le Pentagone.

Lloyd Austin, le ministre de la Défense, a écrit dans le mémo mettant fin à cette disposition être «particulièrement fier» de l’action de son ministère dans la lutte contre le virus.

Il y indique également que le Pentagone va continuer d’encourager la vaccination. Le texte ne mentionne pas un éventuel retour dans les troupes des soldats écartés pour non-vaccination.

Le Congrès avait adopté le 15 décembre, dans un texte consacré au budget de l’armée, une disposition demandant au ministère de la Défense de revenir sur cette obligation vaccinale.

Elle avait pour but, selon le Pentagone, de protéger la santé et le niveau de préparation optimale des militaires américains.

Kevin McCarthy, alors chef des républicains à la Chambre, avait assuré que l’obligation avait mis à mal le recrutement de l’armée, le Pentagone répondant qu’il ne disposait pas de données permettant de l’affirmer.

Avec AFP

Votre adresse email ne sera pas publiée.

On voit tout