Guerre en Ukraine : jusqu’à 13.000 militaires ukrainiens tués depuis l’invasion russe, selon un conseiller de Zelensky

Russes et Ukrainiens minimisent très probablement leurs pertes pour ne pas peser sur le moral de leurs troupes.

Un maximum de 13.000 militaires ukrainiens ont été tués depuis l’invasion de leur pays par la Russie en février, a affirmé jeudi 1er décembre un conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

«Nous avons des estimations officielles de la part de l’état-major (…) Elles vont de 10.000 (…) à 13.000 morts», a précisé Mykhailo Podolyak, l’un des conseillers de Zelensky, sur la chaîne ukrainienne Channel 24. Selon lui, le chef de l’État rendra publiques les données officielles «lorsque le temps sera venu».

Quand les forces russes livraient bataille en juin pour s’emparer en totalité de la région de Lougansk, dans l’est de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky avait fait savoir que son pays perdait «60 à 100 soldats par jour, tués en action, et autour de 500 personnes blessées en action».

Dans le camp adverse, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgu a affirmé en septembre que 5937 soldats russes avaient alors été tués depuis le début du conflit le 24 février. Les deux adversaires sont soupçonnés de minimiser l’ampleur de leurs pertes humaines pour éviter de peser sur le moral de leurs troupes.

Le chef d’état-major américain, le général Mark Milley, a estimé en novembre que plus de 100.000 militaires russes avaient été tués ou blessés depuis l’invasion et que les pertes étaient probablement du même ordre côté ukrainien.

Ces chiffres – qui ne peuvent être confirmés de sources indépendantes – sont les plus précis fournis à ce jour par le gouvernement américain. Plusieurs milliers de civils ont également été tués dans le plus violent conflit armé en Europe depuis des décennies.

Avec AFP

Votre adresse email ne sera pas publiée.

On voit tout