Grèce : une ONG s’occupant d’enfants dans le viseur de la justice pour fraude et violences présumées

L’Arche du Monde a hébergé des centaines d’enfants depuis sa fondation et a reçu de nombreux prix, y compris en 2018 le Prix européen des Citoyens.

Une enquête pour fraude et accusations de violences et abus sexuels a été ouverte en Grèce concernant une ONG de premier plan s’occupant d’enfants, a annoncé dimanche 27 novembre une source judiciaire.

Cette ONG, L’Arche du Monde, a hébergé des centaines d’enfants depuis sa fondation et a reçu de nombreux prix, y compris en 2018 le Prix européen des Citoyens qui récompense chaque année des personnes ou des organisations pour leur action promouvant l’intégration et la tolérance.

Trois enquêtes préliminaires sont en cours, a précisé cette même source. L’une d’elles porte sur d’éventuelles fraudes au sein de l’ONG qui a reçu au fil des ans des millions d’euros et des dizaines de propriétés en provenance de donateurs privés.

En août, un plongeur grec de haut niveau a indiqué avoir été limogé par l’ONG après avoir dénoncé un de ses employés qui, selon lui, avait battu trois enfants.

Abus sexuels

Un jeune homme de 19 ans, hébergé par L’Arche du Monde, a récemment accusé l’un de ses responsables de l’avoir abusé sexuellement. Le fondateur de l’ONG, le père Antonios Papanikolaou, qui travaille depuis 1998 avec des enfants de familles grecques pauvres ou de migrants, a rejeté toutes ces accusations.

Par précaution, cette semaine, le gouvernement a changé entièrement le conseil d’administration et la direction de l’ONG. «Les enfants sont en sécurité», a déclaré le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis à la chaîne Alpha TV, notant que le dossier était «compliqué».

«Nous voulons en savoir plus sur les finances (de l’ONG). C’est une organisation qui gère des sommes d’argent importantes provenant surtout de donations privées», a-t-il ajouté.

Le chef de l’Église orthodoxe grecque, l’archevêque Ieronymos, a souligné que le père Papanikolaou était «seul responsable» du fonctionnement de l’organisation, et qu’il n’avait «jamais consenti» à coopérer avec des responsables cléricaux en charge de l’aide sociale. «Aussi bien au sein de l’Église que dans toute la société grecque, nous sommes choqués au plus haut point», a-t-il ajouté.

Avec AFP

Votre adresse email ne sera pas publiée.

On voit tout