De nouvelles preuves pourraient incriminer Dani Alves dans une affaire de viol présumé

Les autorités espagnoles ont recueilli des «traces de sperme» dans la salle de bain où la femme affirme avoir été violée.

L’unité centrale des agressions sexuelles Mossos d’Esquadra (la police catalane) a en sa possession plusieurs éléments de preuve qui désignent Dani Alves comme coupable d’un crime de viol sexuel, qui se sera produit le 30 décembre, dans une boîte de nuit située à Barcelone.

Selon les informations publiées ce mercredi par le journal espagnol El Mundo, l’une des plus incriminantes sont les «traces de sperme» retrouvées dans la salle de bain où le joueur a commis l’abus sexuel.

Les autorités vont maintenant attendre que le tribunal d’instruction numéro 15 de Barcelone ordonne la collecte de l’ADN de l’international brésilien pour évaluer s’il existe une correspondance concernant le matériel génétique en question.

Ce serait d’ailleurs la seule véritable preuve qu’il y a eu un quelconque type de relation sexuelle entre l’arrière droit et la plaignante, puisque, ajoute la publication, le rapport médical du second fait état de «peu de traces biologiques» dans les examens effectués.

Dans le premier rapport remis aux autorités, rappelons-le, la victime présumée a reconnu avoir vu «une tache sur le sol» après ce qui s’est passé : «Je ne peux pas dire à 100% que c’était du sperme, mais j’ai compris que oui, qu’il aurait fini».

Votre adresse email ne sera pas publiée.

On voit tout