Ceferin devient cool : «Ça ne me dérangerait pas que le Real Madrid, Barcelone et la Juventus partent»

Aleksander Ceferin continue sa guerre. Le président de l’UEFA a de nouveau attaqué les trois clubs qui sont les promoteurs de la Super League et s’est montré calme, assurant qu’il ne s’en soucierait pas si le Real Madrid, Barcelone et la Juventus s’écartaient de l’instance européenne.

De plus, comme c’est devenu normal, ils ont encore une fois montré leurs mauvaises manières et ont qualifié leurs managers respectifs d’«incompétents».

«Ça ne me dérangerait pas qu’ils partent, c’est très drôle qu’ils veuillent créer une nouvelle compétition et en même temps veuillent jouer la Ligue des champions cette saison», a déclaré Ceferin dans une interview avec Der Spiegel.

«Ces gars-là ont essayé de tuer le football», a souligné un Ceferin qui n’a pas encore assimilé que sa mauvaise gestion à la tête de l’UEFA a obligé les clubs à s’organiser en quête de survie.

Ceferin, qui est obsédé par le Real Madrid, a également qualifié d’«insignifiant» que Florentino Pérez «déplore et affirme que le club ne peut survivre qu’avec une Super League et ensuite essayer de signer Kylian Mbappé pour 180 millions d’euros».

Cependant, le président de l’UEFA oublie l’excellente gestion que les Blancs ont faite pendant la pandémie et qui leur a permis d’avoir une économie saine malgré les difficultés.

Parlons maintenant de «Fair Play»

En revanche, Ceferin a affirmé avoir été menacé par téléphone par un conseiller de la Superliga qui a suggéré que la compétition soit organisée par l’UEFA.

Lorsque le leader a rejeté l’idée, il lui a dit que les clubs intéressés avaient beaucoup d’argent et d’influence et qu’ils allaient le poursuivre s’il ne cédait pas.

Ceferin a également proposé certaines réformes du «Fair Play» financier dans lesquelles un paiement obligatoire serait imposé aux clubs qui dépassent une certaine limite de dépenses. Le produit de ces paiements devrait être partagé entre les autres clubs.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

On voit tout