Cameroun : un journaliste disparu retrouvé mort

Un journaliste populaire d’une station de radio émettant à Yaoundé, Martinez Zogo, porté disparu depuis plusieurs jours, a été retrouvé mort, ont indiqué dimanche à l’AFP son média et une source policière sous couvert d’anonymat.

«Je me suis rendu à Ebogo (à 15 kilomètres au nord de Yaoundé) tôt ce matin où j’ai vu et reconnu le corps de Martinez Zogo. Le substitut du procureur était présent et son épouse était là pour le reconnaître», a déclaré à l’AFP Charly Tchouemou, rédacteur en chef de la radio Amplitude FM où travaillait le journaliste. Le décès a été confirmé à l’AFP par une source policière sous couvert de l’anonymat.

Sollicitées, les autorités et la famille n’avaient pas donné suite dans l’immédiat. «La gendarmerie avait été prévenue par un homme qui se rendait aux champs et a aperçu son corps», a assuré Charly Tchouemou, précisant que Martinez Zogo était nu et son cadavre entré en état de décomposition. Sa dépouille a ensuite été acheminée à la morgue de l’hôpital central de Yaoundé, a précisé la même source.

Martinez Zogo, 51 ans, était le directeur général de la radio privée Amplitude FM, basée à Yaoundé, et l’animateur d’une émission quotidienne, Embouteillage, diffusée du lundi au vendredi et très suivie dans la capitale camerounaise. Les circonstances de sa disparition mardi demeurent floues et une enquête avait été ouverte le même jour, avait indiqué à l’AFP une source policière sous couvert de l’anonymat.

Dans un communiqué, l’ONG Reporters sans frontières (RSF) affirmait que Martinez Zogo avait été «enlevé» le 17 janvier aux alentours de 20h devant un commissariat de la périphérie de Yaoundé. Il a bien été vu pour la dernière fois devant un poste de gendarmerie, avait confirmé la source policière précitée, ajoutant ne «pas disposer d’indices pour affirmer qu’il s’agit d’un enlèvement».

Avec AFP

Votre adresse email ne sera pas publiée.

On voit tout