Allemagne : Greta Thunberg vient soutenir le camp anti-charbon de Lützerath, presque démantelé

Les policiers disaient être en passe d’évacuer les derniers militants perchés dans les arbres. Les manifestants, attendus samedi à partir de midi, seront cantonnés dans un hameau voisin.

Les derniers irréductibles du camp de Lützerath, qui tentent d’empêcher l’extension d’une mine de charbon dans l’ouest de l’Allemagne, ont reçu vendredi le soutien de l’activiste suédoise Greta Thunberg.

Après l’opération d’évacuation du hameau lancée cette semaine par des centaines de policiers assistés de machines, entre 20 et 40 militants occupaient encore vendredi soir le hameau, selon une porte-parole de leur mouvement à l’AFP.

Les policiers disaient être en passe d’évacuer les derniers militants perchés dans les arbres. En quelques jours, l’essentiel du site qui avait été transformé en camp retranché a donc été démantelé et les plupart des occupants évacués.

L’ancien village, situé dans le bassin rhénan, entre Düsseldorf et Cologne, doit disparaître pour permettre l’extension d’une immense mine de lignite à ciel ouvert, l’une des plus grandes d’Europe, exploitée par l’énergéticien allemand RWE.

Mains collées ou encordés

Sur ce lieu devenu le point de ralliement des opposants aux énergies fossiles de toute l’Europe, plusieurs milliers de manifestants sont encore attendus samedi, menés par l’activiste suédoise Greta Thunberg qui s’est déjà rendue sur place ces deux dernières années. Mot d’ordre des manifestants : «Empêcher l’évacuation ! Pour la justice climatique».

Les heures du camp de Lüzterath semblent cependant comptées. Son périmètre a été grillagé par la police qui s’emploie à en faire sortir les militants dont certains s’étaient encordés à plusieurs mètres de hauteur, tandis que d’autres s’étaient attachés à des blocs de béton ou collés les mains. Les manifestants, attendus samedi à partir de midi (11 heures GMT), seront cantonnés dans un hameau voisin.

L’opération d’évacuation a mobilisé des renforts de police venus de toute l’Allemagne, a constaté l’AFP sur place, et s’est à ce stade déroulée sans incident notable. Onze policiers ont été blessés, dont deux avec des interruptions de travail. Quelques poursuites pénales ont été engagées pour avoir résisté aux forces de l’ordre et endommagé des biens.

Des opérations de désobéissance civile dans toute l’Allemagne
Deux militants se sont retranchés dans un tunnel sous terre, prêts à «s’enchaîner dans des blocs de béton pour retarder l’évacuation», d’après un communiqué du mouvement.

«Notre tunnel est sûr, seule une action policière négligente peut nous mettre en danger ici», témoigne l’une des activistes présentes à l’intérieur. D’autres se sont assis sur les toits en signe de protestation.

Diverses opérations de désobéissance civile en soutien au mouvement ont été rapportées dans toute l’Allemagne au cours des derniers jours. Vendredi à Berlin, des activistes encagoulés ont mis le feu à des poubelles et peint des slogans sur la façade de bureaux des Verts.

Le parti politique fait partie de la coalition du gouvernement du social-démocrate Olaf Scholz, accusé par les militants de les avoir trahis en signant un compromis avec RWE, permettant la destruction de Lützerath, dont les habitants ont été expropriés il y a plusieurs années.

Le gouvernement juge nécessaire l’extension de la mine pour la sécurité énergétique de l’Allemagne qui doit compenser l’interruption des livraisons de gaz russe, un motif impérieux que contestent les opposants selon lesquels les réserves de lignite sont suffisantes.

Avec AFP

Votre adresse email ne sera pas publiée.

On voit tout