Alice Campello rompt son silence avec quelques mots romantiques pour Morata

Le mannequin italien a partagé de belles images de l’attaquant de l’Atlético de Madrid et de la petite Bella après avoir quitté l’USI.

Alice Campello et Álvaro Morata ont réalisé l’un de leurs grands rêves le 9 janvier avec la naissance de Bella, leur première fille après l’arrivée de trois garçons avec les petits Ale, Leo et Edo.

La tâche, cependant, n’était pas facile du tout et la mannequin et femme d’affaires italienne a dû rester admise à l’USI de la Clínica Universidad de Navarra.

Heureusement, vendredi, la partie médicale la plus rassurante est arrivée du footballeur de l’Atlético : «Alice a déjà quitté l’USI et va beaucoup mieux dans la salle et se remet avec Bella.

Maintenant, Campello elle-même est réapparue sur les réseaux sociaux avec une publication émouvante pleine de remerciements après certains des jours les plus difficiles de sa vie.

Premièrement, elle a remercié ses followers pour les messages d’affection, deuxièmement, elle s’est adressée aux médecins et sages-femmes qui l’ont soignée cette semaine, et enfin, elle a envoyé un message romantique de remerciement à son mari, à Alvaro Morata.

«Merci! Tu es l’amour de ma vie, le meilleur père que j’aurais pu choisir pour mes enfants et le plus beau cadeau que Dieu puisse me faire. Je n’ai pas de mots pour ce que tu fais chaque jour pour moi et pour tout l’amour que tu me donnes. Tu me fais sentir chaque seconde au centre de ta vie et ta priorité. Je t’aime», a partagé l’Italien.

Parallèlement à ces belles paroles, Alice Campello a partagé une poignée d’images avec la musique de Lele et sa chanson La strada verso casa.

On y voit à côté de la petite Bella après l’accouchement, tenant sa petite main, ses trois enfants arrivant à l’hôpital avec une fleur chacun, les trois sourires et les caresses qu’ils ont tous dédiés à sa sœur, à Morata endormie avec la fille dans ses bras ou les premières promenades de Bella dans la pièce et avec ses frères.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

On voit tout