Affaire Paul Pogba : la remise en liberté d’un protagoniste confirmée en appel

Un proche du footballeur, Boubacar Camara, mis en examen dans l’enquête sur des extorsions visant Pogba, a été remis en liberté sous contrôle judiciaire.

La remise en liberté sous contrôle judiciaire de Boubacar Camara, un proche de Paul Pogba mis en examen dans l’enquête sur des extorsions visant le footballeur, a été confirmée par la cour d’appel de Paris lundi, a appris l’AFP de sources proche du dossier et judiciaire.

Le parquet avait fait appel de la décision de remise en liberté prise fin 2022 par une juge d’instruction parisienne après une demande de mise en liberté déposée par l’avocat de Boubacar Camara, ami d’enfance de Paul Pogba, qui avait été mis en examen et écroué en septembre.

Lors d’une audience lundi à huis clos de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris, le parquet général a requis le retour en détention de M. Camara, vêtu d’une chemise blanche, d’un veston sombre et d’un pantalon noir.

Mais la cour a prononcé le maintien en liberté sous contrôle judiciaire de l’intéressé, venu avec deux de ses proches.

«La détention de M. Camara n’était plus justifiée dans ce dossier, nonobstant la notoriété de la victime présumée» s’est félicité son avocat, Me Saïd Harir, selon qui cette remise en liberté sous contrôle judiciaire «est l’aboutissement d’un travail de fond (…) alors même que le parquet n’a pas varié dans sa position exigeant que notre client soit, coûte que coûte, maintenu en détention».

Le 23 décembre, le frère du footballeur, Mathias Pogba, mis en examen dans cette enquête pour extorsion en bande organisée et participation à une association de malfaiteurs criminelle, avait déjà été libéré, ainsi qu’une autre personne début décembre.

Au total, cinq personnes sont mises en examen à ce jour dans ce dossier. Mathias Pogba lui-même avait révélé dans une vidéo énigmatique diffusée le 27 août les extorsions dont se dit victime son frère cadet, qui évolue à la Juventus Turin (Italie).

Ce dernier avait dénoncé dans une plainte déposée auprès du parquet turinois en juillet des extorsions se chiffrant à 13 millions d’euros entre mars et juillet 2022.

Une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet de Paris, puis une information judiciaire le 2 septembre pour, notamment, extorsion avec arme, enlèvement ou séquestration en bande organisée et participation à une association de malfaiteurs.

Paul Pogba a raconté aux enquêteurs français avoir été piégé par des amis d’enfance et deux hommes encagoulés, armés de fusils d’assaut, qui lui reprochaient de ne pas les avoir aidés financièrement.

Sur les 13 millions d’euros réclamés, il dit avoir versé 100.000 euros. Boubacar Camara, qui était également très proche de la mère du footballeur, Yeo Moriba, est notamment soupçonné de s’être vu remettre ces 100.000 euros, ce qu’il conteste.

Mathias Pogba, qui conteste toute participation aux faits, est aussi soupçonné d’avoir fait pression sur l’agente de son frère, l’avocate Rafaela Pimenta, pour qu’elle obtienne de Paul Pogba qu’il verse la somme réclamée par ses maîtres chanteurs.

Avec AFP

Votre adresse email ne sera pas publiée.

On voit tout